Cinq nacelles de l’Haliade 150 viennent de partir pour les États-Unis. La réalisation et l’expédition de cette première commande internationale a nécessité une logistique pointue et marque le lancement de la production en grande série pour l’usine nazairienne de GE.

Transporter un colis de plus de 400 tonnes et 20 mètres de large, cela ne s’improvise pas. Une logistique impressionnante a été mise en place sur le port de Nantes – Saint-Nazaire afin de permettre à GE d’expédier les nacelles des cinq éoliennes offshore Haliade commandées pour le parc américain de Block Island.

Pour transporter et stocker ces pièces hors-normes, le Grand Port maritime a mis à disposition la Forme Louis-Joubert ainsi qu’une partie du site du futur hub logistique EMR. Le déplacement depuis l’usine GE jusqu’aux quais a été piloté par l’entreprise OCTRA, qui a confié les opérations de manutention portuaire à Atlantique Manutention (filiale de Sogebras et d’Idéa groupe) pour l’embarquement des nacelles sur le Brave Tern, un navire jack up venu spécialement de Norvège pour les emmener aux États-Unis.

Coup d’envoi d’une longue série

Cette première commande internationale a permis à GE de démontrer son sérieux dans le respect des délais. Elle valide aussi la capacité de Nantes – Saint-Nazaire Port à accompagner les industriels des EMR dans les défis que représentent la construction et l’expédition d’éoliennes offshore. Car en plus de leur taille et de leur poids exceptionnels, il s’agit également de machines complexes : une nacelle est ainsi composée de 30 000 pièces différentes et une bonne organisation logistique est primordiale.

Désormais, GE peut se tourner vers les prochaines échéances et la production va monter en puissance. L’usine nazairienne doit notamment construire 66 éoliennes Haliade pour le parc Merkur Offshore, l’un des plus grands d’Allemagne. Surtout, GE attend la commande d’EDF EN pour les premiers parcs français, soit 238 éoliennes en tout.